etat des lieux

 

 

 

De nombreux citadins utilisent encore leur voiture personnelle pour se déplacer. Pourtant, seuls les transports en commun offrent une solution durable.

Les énergies fossiles sont de moins en moins acceptées. Mais au rythme du renouvellement des véhicules, une ville propre ne sera possible que dans plusieurs décennies.

La transition nécessaire et souhaitée des villes passe donc par l'adoption d'un transport en commun :
si économique et écologique,
si rapide et facile à installer,
si confortable pour les passagers,
... que tout déplacement en véhicule individuel devienne absurde, et qu'à terme la ville se libère des voitures.

C'est ce que Tram-e propose.

La solution tram-e

 

Tram-e est un moyen de transport :

100% autonome (sans chauffeur)

à la fois collectif (pour l'efficacité) et individuel (pour le confort)

écologique (zéro émission de particules ou de CO²)

peu onéreux (200 fois moins cher qu'une ligne de métro)

Et qui :

s'intègre dans les infrastructures existantes (chaussées et trottoirs inchangés)

conserve en partie le système actuel (véhicules individuels, de livraisons, etc.)

favorise les autres mobilités vertes (pistes cyclables intégrées)

peut être implanté rapidement, progressivement, et à tout type d'échelle (ligne unique / ville entière)

principe résumé

Tram-e est une version individualisée et modernisée du tramway. Son principe est simple :

Les passagers prennent place dans des pods, petits véhicules individuels électriques.

Lors des transferts, ces pods sont assemblés pour former des rames, avec à leur tête une locomotive autonome gérant la sécurité.

Ces rames se déplacent à vitesse constante (sans aucun arrêt) le long de rues réservées, guidées par un marquage au sol.

Chaque pod peut à tout moment se désolidariser de la rame et rejoindre une gare afin de décharger ses passagers (avant d'en reprendre de nouveaux).

les pods

Les passagers voyagent dans des pods individuels (non partagés avec des inconnus). Ces pods peuvent recevoir au choix :

Un ou deux adultes
Un adulte et deux enfants
Un adulte et une poussette
Un adulte handicapé (sièges repliables)

Chaque pod est semi-autonome. Grâce à ses batteries, son moteur électrique et ses caméras, il peut gérer sa vitesse et sa direction.

les rames

Les pods se déplacent en convoi derrière une locomotive qui en assure la sécurité. Ils ne s’en désolidarisent qu’à l’abord des gares ou des carrefours.

Locomotive et pods ne sont pas mécaniquement attachés, mais seulement en contact.

Chaque locomotive est autonome. Grâce à ses équipements (caméras, radars, lidar), elle se déplace en suivant un marquage au sol et freine la rame en cas de risque de collision.

La vitesse des rames est limitée à 25 km/h pour des raisons de sécurité et de confort. Pour rappel, la vitesse moyenne en ville est de 16 km/h.

les gares

Les gares Tram-e se résument à des parois de protection placées le long des trottoirs , et à un abri pour les passagers en attente .

Grâce à la faible largeur des pods (un seul passager de front), l’installation des gares ne nécessite pas de modifier les infrastructures existantes (chaussée, trottoirs).

Remarque : il est possible de rajouter des plots électriques sur la chaussée , permettant la recharge des pods par induction. Mais leur autonomie leur permet théoriquement d’atteindre le terminus pour y être rechargés.

principe général

Les rames se déplacent toujours en ligne droite, en suivant un marquage au sol .

A l’approche d’une station, chaque pod peut se désolidariser de la rame , bifurquer sur une voie parallèle, puis s’arrêter en gare afin d’y déposer ses passagers .

Une fois de nouveaux passagers à bord, le pod se place en zone d’attente . A l’approche de la rame suivante, il s’élance et se raccroche à l’arrière de cette nouvelle rame .

utilisation voyageurs

Les pods sont en libre service 24/7. Leur réservation se fait grâce à une application smartphone et à un lecteur de QR code installé dans chaque pod.

Emprunter un pod est très simple :

Le passager entre sa destination dans l’application mobile dédiée, qui génère un QR code.

Le passager rejoint un des pods en attente dans la gare, monte à bord puis scanne le code.

Le pod démarre et gère automatiquement le trajet*.

A l’arrivée en gare de destination, le passager descend ; sa course est réglée automatiquement.

* : contrairement au métro ou au bus, les changements de lignes sont gérés automatiquement ; entre le départ et l'arrivée, le passager ne quitte jamais son pod.

La mise en oeuvre

 

A noter : Tram-e utilise des technologies déjà éprouvées/maitrîsées par de grandes entreprises françaises telle que Valéo pour les moteurs/électronique 48V, Navya ou Easymile pour les navettes autonomes, JCDecaux pour les gares, etc.

étape 1
réservation des rues

Les axes où l’on désire implanter Tram-e sont réservés. La circulation ainsi qu'une partie des places de parking y sont supprimées (seuls les véhicules de secours, de police et de livraison peuvent exceptionnellement y circuler).

Dans les rues non réservées , la circulation et le stationnement de voitures individuelles restent possibles.

étape 2
implantation des gares

Les gares , préfabriquées en amont, sont installées en quelques heures le long des trottoirs.

L’implantation de ces gares ne porte pas atteinte aux bâtiments ou trottoirs existants. Ces derniers voient même leur surface augmentée (ce qui autorise la mise en place de stations de vélos ou de trottinettes, par exemple).

A noter que des places de parking restent disponibles pour les livraisons.

étape 3
marquage au sol

Locomotives et Pods se déplacent en suivant des marquages au sol. Ces marquages délimitent des couloirs réservés aux rames.

A noter que grâce à l’étroitesse des pods, il est possible de créer au centre des rues des pistes cyclables permanentes .


étape 4
mise en circulation

Tout est prêt. Tram-e peut être lancé. Les travaux n’auront pris que quelques jours. Si besoin, le process peut être inversé, et Tram-e retiré en quelques heures.

A noter : l’exemple ci-contre montre une installation à double sens dans une rue étroite. Véhicules de police, de pompiers ou de livraison peuvent y circuler, mais avec prudence. Dans le cas de rues plus larges, une voie pourra leur être réservée.

Le reseau


les lignes Tram-e

Tram-e peut être installé progressivement, et à tout type d’échelle.

Une ligne unique allant d’un point A à un point B peut se justifier en elle-même.

Mais il est aussi possible d’installer Tram-e à l’échelle d’une ville entière, en créant un réseau constitué de lignes simples, reliées entre elles par des intersections (à l’image du métro parisien).

les intersections

Cas d'un carrefour sans gare

Une rame approche un carrefour.

La locomotive ainsi que la plupart des pods continuent tout droit et traversent le carrefour.

Les pods devant changer de ligne bifurquent sur la voie , ralentissent et viennent s’immobiliser au point .

Une rame perpendiculaire arrive. Dès qu’elle a dépassé les pods en attente , ces derniers s’élancent et viennent se positionner en queue de rame.



Cas d'un carrefour avec gare

Comme précédemment, sauf  :

Les pods devant s’arrêter en gare bifurquent sur la voie .

Ils s’immobilisent en gare , déposent leurs passagers, en reprennent de nouveaux, et vont rejoindre les pods en attente au point .

les trajets

Aller d’un point A à un point B sans jamais tourner sur la gauche et en changeant une fois seulement de ligne est possible grâce au réseau en maillage.

La vitesse des rames est limitée à 25 km/h, mais en l’absence de tout arrêt (à l’exception d'un changement de ligne parfois nécessaire), les temps de trajet restent  très courts.

Le bilan


un moyen de transport parfait ?

les performances

Comparatif par rapport aux solutions collectives actuelles

 

Exemple de coût pour une ligne Tram-e simple de 5 km, aller/retour (en euros)


avantages pour les municipalités

Une ville plus belle et sereine, qui gagne en attractivité pour les touristes

Une revalorisation de l’immobilier et des commerces (silence, praticité)

Plus de place pour les loisirs, les commerces

Des bâtiments moins dégradés par la pollution

Une meilleure santé et moins de stress pour les habitants

Quant aux avantages pour la planète, ils sont évidents en terme de lutte contre la pollution et le réchauffement climatique.

Informations

 

Qui suis-je ?

Le concept Tram-e a été développé par Fabrice Doléac, ingénieur, designer et passionné d'automobile. Ancien salarié des entreprises Renault, Décathlon et Dassault Systèmes, puis cofondateur de la société Selfcair, il conçoit des solutions de mobilité innovantes adaptées à un monde durable.

 

ressources à télécharger

Présentation générale (pdf - 4Mo)
Présentation courte (one pager) (pdf - 0,3Mo)

 

CONTACT

info@tram-e.com

FAQ

 

Quel intérêt possède Tram-e par rapport aux navettes autonomes qui sont testées actuellement ?

Les navettes autonomes ont aussi un trajet prédéfini mais, contrairement à Tram-e, elles embarquent des passagers qui ne se connaissent pas et n'ont pas la même destination finale. Ces derniers doivent donc gérer eux-mêmes leur trajet, en particulier les changements de ligne. De plus, la navette doit s'arrêter régulièrement pour déposer ou prendre des passagers, ce qui ralentit sa marche et abaisse le confort (accélérations/freinages, froid et courants d'air en hiver, etc.).
Rien de tel avec Tram-e : vous êtes seul à bord, ou en compagnie de proches ; vous arrivez directement à votre destination finale sans vous soucier du trajet ; et vous y arrivez en un temps record. Enfin, grâce à leur poids bien inférieur, les pods Tram-e embarquent une technologie électrique simplifiée qui permet de descendre les coûts tout en augmentant la sécurité.


Quelle sécurité pour les transports autonomes ?

L'autonomie complète (niveau 5) est depuis quelques années l'objet de recherches incessantes. Sur route ouverte et sans trajets prédéfinis, cette autonomie tient encore de l'utopie et nécessitera quoi qu'il arrive des équipements très complexes et coûteux.

Mais Tram-e est différent : les rames se déplacent sur un trajet défini et balisé, sans changement de voie, dans une zone relativement sécurisée (pas de voitures) et à une vitesse limitée. Dans ce cas, l'autonmie est d'ors et déjà une réalité. Des centaines d'usines utilisent déjà des véhicules autonomes guidées par marquage, capable de s'arrêter en cas de risque de collision. Afin de limiter les coûts des rames, les pods ne sont pas 100% autonomes - seules les locomotives le sont.


Quels sont les avantages de Tram-e pour les passagers ?

Ils sont très nombreux. La vitesse de déplacement est inégalée, tout comme la sécurité (même si vous avez trop fait la fête). Le confort est unique : vous voyagez seul ou avec un proche, assis façon lounge avec des ports USB à votre disposition pour travailler ; vous arrivez à votre destination sans avoir à effectuer de changements de ligne, ni subir d'arrêts intempestifs. En un mot, vous voyagez dans votre propre bulle confortable qui vous emmène à destination, sans aucun stress.

L'idée générale est d'offrir un tel confort que tout déplacement en véhicule particulier deviennent absurde, que progressivement les citadins choisissent de se débarrasser de leurs voitures, et que la ville devienne un havre de calme et de sérénité.


Est-il vraiment nécessaire de réserver les rues ?

ll est tout à fait possible, en théorie, d'installer Tram-e dans une rue où circulent des véhicules individuels. Mais cela emmène beaucoup d'inconvénients :

- la sécurité des rames serait plus difficile à maitriser, certains conducteurs de voitures ayant des comportements parfois érratiques et dangereux.
- de même, les cyclistes ne seraient plus autant en sécurité.
- des voitutres empiétant sur les voies de Tram-e obligeraient à freiner, voire à stopper régulièrement les rames. Or c'est la régularité du trajet qui le rend si rapide et confortable.
- enfin, pour une question de philosophie : Tram-e a pour objectif avoué de rendre caduques les voitures pour les trajets.

Notons que dans les plans de Paris plus haut, environ un tiers des rues seulement sont réservées. Si l'on considère que Tram-e pourrait pousser 50% des citadins à se débarasser volontairement de leurs voitures, alors les rues non réservées (deux tiers) seraient beaucoup plus fluides. La grogne des citadins serait donc évitée.

détails techniques


Batteries : locomotives et pods possèdent leurs propres batteries de faible capacité (7 kWh pour une autonomie de 60 km), qui peuvent être rechargées en quelques minutes aux terminus et/ou en gare pour les pods.

Autonomie : accélération et vitesse sont des facteurs cruciaux. Grace à une vitesse faible (25 km/h) et constante (un léger ralentissement peut être nécessaire afin de laisser passer une rame perpendiculaire à l’abord d’un carrefour), la consommation énergétique reste très faible.

Freinage régénératif : il permet de recharger les batteries des pods au freinage (autonomie augmentée) mais aussi d’éviter l’émission de particules fines dangereuses (les freins classiques, bien que présents, ne servent qu’en cas d’urgence). De même, le poids contenu des pods limite l’usure des pneus, elle aussi source de pollution.

Tension de 48 volts : grâce au poids réduit des véhicules, le système électrique pourra être limité à du 48V. Ceci induit une sécurité parfaite (pas de risques d’électrocution), et des coûts de fabrication et d’entretien réduits.

des options et développements infinis

Le toit des pods peut être équipé de cellules photovoltaïques afin de gagner en autonomie.

Une caméra optionnelle peut être installée à l'intérieur des pods pour assurer la sécurité des passagers et/ou éviter les dégradations.

L’ouverture et la fermeture des portes des pods peut être automatisée.

Quand la technologie sera au point, les pods pourront devenir autonomes. Les locomotives ne seront alors plus nécessaires, et les passagers pourront alors monter et descendre des pods en dehors des gares (ces dernières pourront néanmoins être conservées afin de permettre le rechargement par induction).


 

Tram-e - Tous droits réservés - 2020